Instagram 1080-1080

FRANÇOIS MOREL

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Icône Instagram
  • Blanc Twitter Icon

SORTIE LE 10 AVRIL

marketing digital & promo presse

François Morel chante Yves-Marie Le Guilvinec
 

Yves-Marie Le Guilvinec…

Ce nom résonne aujourd’hui à nos oreilles comme un reproche. Qui connaît encore ce nom ? Quelle place accorde-t-on à Yves-Marie Le Guilvinec dans les anthologies de poésie ou de chanson française ? Aucune. Yves-Marie Le Guilvinec, disparu en mer à trente ans en 1900 est un fantôme pour la littérature et la chanson : il n’existe pas. Mais, comme dit Rimbaud : "il n’y a pas de hasards ou il n’y a que des hasards". C’est dans un vide-grenier à Saint-Lunaire (Ille et Vilaine) que François Morel, feuilletant de vieilles revues rongées par les embruns, découvrit une brochure de 1894 "La Cancalaise" dans laquelle douze chansons d’Yves-Marie Le Guilvinec étaient reproduites, illustrées par l’auteur. 

 

Ce fut comme la main du naufragé qui se tend vers son sauveteur. François Morel acheta la revue et fit le serment d’arracher Yves-Marie Le Guilvinec à l’oubli océanique où il était tombé. Avec l’aide de Gérard Mordillat et d’Antoine Sahler, il entreprit de restaurer les textes, de les remettre en musique et surtout de les faire entendre à nouveau.

 

Un album sous la direction d’Antoine Sahler avec la participation précieuse de Juliette et de Bernard Lavilliers, et des musiciens familiers de la musique bretonne et celtique (flûtes irlandaises, accordéon, banjo et mandoline,…)

Newsletter

mentions légales

politique de confidentialité

© VSCOM 2020